Salade de homard

Capture d’écran 2013-05-15 à 11.02.54

 

Mesdames, à chaque été, on allait au Nouveau-Brunswick. C’est là que ma mère a appris qu’on pouvait faire autre chose avec un homard que le faire bouillir dans trop d’eau.

 

Ingrédients

La chair de 2 homards

Les grains de 2 blé d’Inde

4 patates cuites et coupées en cube

1 poivron rouge coupé en dés

4 oignons verts émincés

1 cuillère à thé de ciboulette ciselée

1 c. à soupe de persil plat ciselé

Le jus de 1 citron

Sauce Crystal

Huile d’olive, sel et poivre

 

Préparation

Mélanger tous les ingrédients;

Ajouter le jus de citron;

Mélanger;

Ajouter la sauce Crystal, l’huile d’olive, le sel et le poivre au goût;

Bien mélanger en faisant attention à ne pas briser la chair de homard.

 

* Variante : servir sur un lit de roquette

Les coups de soleil

vintage-wd-40

 

Mesdames, ma mère aimait le soleil. Avec son amie Micheline, elle s’étendait sur le toit de la maison tout l’après-midi. Les deux sortaient par la fenêtre de la chambre de ma grand-mère avec des grandes serviettes, pis elles se faisaient griller sur le bardeau. Ça faisait enrager mon grand-père. Il disait que ma mère pis son amie allaient briser son toit avec leurs histoires de bronzage. C’est parce qu’elle se mettait du wd-40 pour bronzer plus vite. Mon grand-père avait peur que ça ronge la toiture pis il aimait pas ça que ma mère se mette en bikini.

Des fois, ma mère pis Micheline montaient un petit radio cassette sur le toit. En haut, elles faisaient jouer du Joe Dassin, du Michel Fugain pis du Dick Rivers. Ma mère pis Micheline étaient sur le toit du moins de juin au mois d’août. Tout le monde était au courant. Des fois, elles enlevaient le haut de leur bikini pour pas avoir de marque de maillot. Ça aussi, tout le monde le savait. Ça fait que les garçons de la paroisse s’étaient mis à passer leurs après-midi sur les toits eux autres aussi. C’est clair qu’ils espéraient que ma mère pis Micheline enlèvent leurs hauts.

Une fois, les filles étaient couchées sur le ventre nus seins. Au milieu de l’après-midi, elle se sont rendus compte que les gars de la maison d’en face les regardaient avec des jumelles. Elles voulaient pas se lever pour remettre leur haut. Ma mère pis son amie avaient peur que les voyeurs se rincent l’œil pis disent à toute la paroisse qu’ils leur avaient vu les boules. Ma mère pis Micheline sont restées prisonnières du toit jusqu’à six heures le soir. À un moment donné, les garçons se sont tannés pis sont redescendus du toit d’en face.

Les filles sont rentrées dans la maison avec la peau rouge tomate. Mon grand-père leur a dit que c’était ben bon pour elles. Ça leur apprendrait à briser son toit et à se graisser le corps comme des Jézabelles. Ma grand-mère, elle, a eu pitié de ma mère pis de Micheline. Elle leur a dit de mettre du vinaigre sur leurs coups de soleil. C’était une femme pleine de ressources, ma grand-mère.

*

Pour dire adieux aux brûlures causées par la belle saison, versez du vinaigre sur vos coups de soleil.

Le progrès

VINTAGE-LAUNDRY

Mets une tasse d’eau de javel dedans.

— Ma mère

Mesdames, vous le savez : ma mère est une femme propre sur elle. Chez nous, on pouvait manger par terre et admirer notre reflet sur le prélart de la cuisine. Ma mère passait ses grandes journées à frotter, à classer et à faire du lavage. Pis quand je lui disais que ç’a n’avait pas de sens, elle me répondait que c’était sa passion, le ménage. Je la croyais parce que ma mère regardait tous les films en pliant du linge. Je veux dire que c’était impossible de regarder une vue à côté d’elle qui faisait rien.

Une fois, mon père s’est fâché après ma mère pendant qu’on regardait Retour vers le futur. Il lui a dit qu’il allait crisser le VHS par la fenêtre si elle arrêtait pas de plier des débarbouillettes pendant le film. C’est parce que pendant qu’elle pliait le linge, ma mère ratait des scènes. Pis après, elle posait plein de questions à mon père parce qu’elle ne comprenait rien à l’histoire. Mais ma mère aimait mieux que les débarbouillettes soient pliées que savoir si Marty McFly et Doc allaient réussir à réparer la DeLorean.

Chez nous, le linge était vraiment plus blanc que blanc. Et c’était grâce à la laveuse de ma mère pis à sa façon de faire le lavage dedans. Il fallait faire tremper le linge blanc dans la cuve remplie d’eau bouillante mélangée à une tasse d’eau de javel toute la nuit. Pour le linge pâle, c’était de l’eau tiède pis pas d’eau de javel que ça prenait. Ma mère lavait les couleurs foncées avec un savon spécial pour que le noir reste noir pis elle se faisait une fierté de ne jamais aller chez le nettoyeur. «Donne-moi ta robe en satin avec une tache de vin dessus, je te jure que je vais en venir à bout», qu’elle a dit à la voisine, une fois. Ma mère a redonné la robe le lendemain et elle était encore plus neuve que quand la voisine l’avait achetée. Oui, ma mère était meilleure que madame chasse-tache.

Pas mal plus tard, pour faire plaisir à ma mère, mon père lui a acheté une laveuse pis une sécheuse à chargement frontal pour sa fête. «Le vendeur m’a dit que c’est la nouvelle grosse affaire», il lui a expliqué.  Ma mère a fait semblant d’être contente et a commencé à faire son lavage dedans en bougonnant parce qu’on ne pouvait plus rien faire tremper. «Ça lave pas cette affaire-là», elle me disait. «Pis en plus, ça pue.» Ma mère s’était convaincue que la moisissure était pognée dans sa laveuse parce qu’elle pouvait pu faire tremper du linge avec de l’eau de javel dedans toute la nuit.

Pas longtemps après, on est allé faire un tour chez ma tante riche, la soeur de ma mère. Ma tante a dit à ma mère qu’elle venait de s’acheter une nouvelle laveuse. Elle était ben mieux que celles à chargement frontal normales parce que la sienne avait un piton trempage. Ma mère était dans tous ses états. Ma tante et ma mère ont passé trente minutes dans la salle de lavage en bas chez ma tante à regarder la laveuse. Après, elle a dit à mon père de descendre. Elle voulait lui montrer et lui faire sentir la laveuse de ma tante. Mon père l’a regardé et l’a trouvé pas mal belle. La laveuse, je veux dire. Il a dit à ma mère qu’elle avait raison : la laveuse de ma tante sentait meilleur que la nôtre.

La semaine d’après, mon père est retourné au magasin et a dit au vendeur de reprendre sa cochonnerie. Il a acheté la même laveuse que ma ma tante à ma mère pis le soir, ma mère pis mon père on écouté Mission Impossible 2 pendant que le linge trempait.