Simon

 

On naît pas de même, franchement.

— Ma mère

 

Mesdames, par chez nous, on dit que Simon est devenu fif quand son père a levé le camp vers l’été 1988.  Sa mère, elle, dit qu’il est né comme ça. Ma mère n’y croit pas trop. «Sa mère a dû faire quelque chose de pas correct. Pis un enfant pas de père, c’est ça que ça donne.»

C’est vrai qu’il a toujours été un peu efféminé, Simon. Dans la cour de récréation, il ne jouait jamais avec les autres garçons. C’est parce qu’il était mauvais dans les sports. Les sports de gars, je veux dire. En plus, il aimait Boy George et Cher. Moi aussi je les aimais, mais j’avais juste le droit de les écouter chez Simon parce que sa mère les aimait aussi. Ma mère, elle, ne voulait pas que j’écoute un gars qui se maquillait en fille et une folle qui s’était fait enlever des côtes pour se rapetisser la taille. Elle ne voulait pas non plus que je joue avec Simon. Mais ça, vous le savez déjà.

À l’école aussi, les sœurs se sont arrangées pour ne plus qu’on joue ensemble. Les sœurs pensaient qu’en nous séparant, Simon allait arrêter d’aimer les affaires de filles. Et pour l’aider à arrêter, elles ont demandé à sa mère de l’emmener chez le frère Coulombe une fois par semaine. La mère supérieure a même promis à la mère de Simon que le frère Coulombe réussirait à le guérir. «C’est pas grand chose ce qu’il a votre fils, madame. Mais j’espère que vous lui faites lire le Nouveau testament tous les soirs. Ça aide pour ces affaires-là». Après, elle lui a tendu une TOB. «Les enfants aiment ça, vous allez voir», a dit la sœur en reconduisant la mère de Simon en dehors du parloir.

Simon est allé dans le bureau du frère Coulombe jusqu’à la fin de la sixième année. Les sœurs trouvaient que ça lui faisait du bien. Ma mère aussi. Simon s’est même mis à jouer au baseball avec les garçons. Et, une fois, il a gagné une compétition de saut en hauteur. Mon père a dit que le saut en hauteur, c’était une affaire de fif. Mais quand même.

À la fin de cette année-là, la mère supérieure s’est servie du cas de Simon comme prétexte pour envoyer tous les garçons avec des tendances chez le frère Coulombe. Partout dans la région, on disait qu’il pouvait revirer de bord les feluettes qui aimaient trop la corde à danser.

Mais moi je connais la recette secrète du frère Coulombe. Deux semaines après que Simon a commencé à parler avec lui, la mère de Simon a reçu une note. Ça disait d’inscrire Simon à des cours de danse et de le laisser faire ce qu’il voulait à la maison. C’était aussi écrit de ne pas parler de cette méthode avec la mère supérieure. La mère de Simon était contente. Elle savait bien que ce qu’avait son fils n’était pas si grave. Son propre frère avait la même chose.

Simon m’a dit qu’en échange de la note pour sa mère, le frère Coulombe lui a fait promettre de faire des choses de garçons à l’école. Juste pour que les sœurs le lâchent. Le frère Coulombe a aussi dit à Simon qu’il avait la même affaire que lui, mais qu’il avait choisi Jésus. Simon pouvait choisir la danse si c’était ça qu’il voulait. Et c’est ce que Simon a fait.

Je n’ai pas revu Simon après le primaire. Sa mère l’a envoyé dans une école avec un programme de sport-études en danse loin de chez nous. «Simon va habiter avec son oncle» qu’elle a dit à ma mère, dans une rangée à l’épicerie, juste avant le début des classes.

L’autre jour, ma mère a vu Simon dans le journal. Ça disait qu’il est devenu premier danseur d’une compagnie de ballet, ou quelque chose du genre. Ma mère a dit qu’elle avait toujours su, au fond, que la méthode du frère Coulombe n’était pas infaillible. La mère de Simon et moi, on trouve qu’elle marche très bien.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s